Mayenne Orne Sarthe

Monoxyde de carbone, un gaz invisible, indolore mais mortel

Mis à jour le 23/11/2016

Quel que soit votre mode de chauffage, entretenez ou faites entretenir vos appareils. Les intoxications au monoxyde de carbone sont plus fréquentes qu'on ne le croit !

Chaque année, on recense 6 000 intoxications et 300 décès dus au monoxyde de carbone. Ce gaz incolore, inodore, combustible, dont la densité est voisine de celle de l'air, n'est souvent pas détecté. Sa présence résulte d'une combustion incomplète quel que soit le produit  utilisé : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane.
 
Il agit comme un gaz asphyxiant très toxique qui, absorbé en quelques minutes par l'organisme, se fixe sur l'hémoglobine :
  • 0,1 % de monoxyde de carbone dans l'air tue en une heure,
  • 1 % de monoxyde de carbone dans l'air tue en 15 minutes,
  • 10 % de monoxyde de carbone dans l'air tuent immédiatement.
Les situations à risque
Dans une majorité des cas, les accidents résultent d'une mauvaise utilisation des appareils : mauvaise évacuation des produits de combustion (conduit de fumée obstrué ou mal dimensionné), absence de ventilation dans la pièce, défaut d'entretien, vétusté, utilisation détournée (appareils de chauffage d'appoint utilisés en continu par exemple, groupes électrogènes...).
 
Plusieurs types d'appareils sont incriminés :
  • les chaudières (bois, charbon, gaz, fioul),
  • les chauffe-eau et chauffe-bains,
  • les inserts de cheminées, les poêles,
  • les chauffages mobiles d'appoint,
  • les cuisinières (bois, charbon, gaz),
  • les moteurs automobiles dans les garages,
  • les groupes électrogènes à essence ou à fioul et tout moteur thermique fixe ou mobile,
  • les appareils "de fortune" type brasero.
Par conséquent, il convient de rester toujours vigilant.
Les symptômes
Il existe deux types d'intoxication :
  • l'intoxication faible dite " chronique " qui se manifeste par des maux de tête, des nausées, une confusion mentale,
  • l'intoxication aiguë qui entraîne des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, voire le coma et le décès.
Que faire en cas d'accident ?
Les consignes de sécurité sont simples :
  • aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres,
  • évacuer et vider les lieux de leurs occupants,
  • appeler les secours (18 ou 15),
  • ne réintégrer les locaux qu'après le passage d'un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l'intoxication et proposera les travaux à effectuer.
Conseils pour bien entretenir et bien utiliser vos appareils :
  • Faites vérifier votre chaudière avant la période de froid. Demandez une fois par an à un professionnel qualifié de faire une révision complète.
  • Si vous devez vous absenter, vous pouvez la laisser fonctionner au ralenti pour protéger votre installation de chauffage individuel contre le gel.
  • Faites ramoner le conduit de cheminée qui doit être en bon état et raccordé à la chaudière.
  • N'utilisez les appareils mobiles de chauffage d'appoint fonctionnant au butane, au propane, au pétrole, que par intermittence.
  • Ne vous chauffez jamais avec des panneaux radiants (prévus pour des locaux de grand volume très ventilés) ou des radiateurs de camping destinés à l'extérieur, ni en allumant le four de la cuisinière, porte ouverte.
  • Faites effectuer un entretien spécifique régulier si votre logement est équipé d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC).
  • Nettoyez régulièrement les brûleurs de votre cuisinière à gaz (on doit voir la flamme dans chaque orifice). S'ils sont encrassés le mélange air-gaz ne s'effectue pas dans de bonnes conditions et le brûleur peut s'éteindre, notamment quand il est au ralenti. Une flamme bien réglée ne doit pas noircir le fond des casseroles.
  • Informez vous auprès des professionnels qualifiés et lisez attentivement les notices d'utilisation et d'entretien de vos appareils.